Lectures

Le mot PechaKucha vient du Japon, c’est une forme très stricte, mais d’une incroyable richesse aussi bien côté intervenant que côté participants. François Bon décrit le principe de cette soirée Ce qui change dans lire, à la médiathèque de Bagnolet, le 9 novembre 2010 à 19h. : 2 sets de 5 intervenants, 20 images chacune projetée pendant 20 secondes, soit 6’40 pour chaque intervenant, libre d’organiser à sa guise son discours. C’est rythmé, c’est visuel, c’est une fable, un monde tout entier qui se révèle. Mon intervention (lecture avec sons et musique) avait pour thème : La ville à livre ouvert

Tous les ans, le centre international de poésie de Marseille, organise également une soirée lecture présentée par Jean-François Bory, celle des usagers du cipM. Je suis invité dans ce cadre le vendredi 25 juin à 19h. à une lecture d’extraits de mon texte en cours d’écriture : Les lignes de désir.

Dans le cadre de sa résidence à la Bibliothèque Robert Desnos de Montreuil, Anne Savelli m’a invitée à présenter, jeudi 19 mai 2011 à 19h, à la Bibliothèque Robert-Desnos à Montreuil, les lignes de désir, mon projet de fiction en cours d’écriture.

Du lundi 31 mai au jeudi 3 juin 2010, à partir de 23h., dans l’émission de Thomas Baumgartner, séquence 2 voix 5 minutes, diffusion du texte Les lignes de désir de Pierre Ménard, en quatre épisodes. Réalisation d’Anne-Pascale Desvignes, avec Rebecca Stella et Olivier Claverie (comédiens).

La nuit litanie a été créé pour l’émission de Thomas Baumgartner Les passagers de la nuit et la séquence qui clôt l’émission : 2 voix 5 minutes (Deux contraintes : deux comédiens et une durée de 5 minutes), de quatre épisodes. Enregistrée au studio 117 par Olivier Dupré, ingénieur du son, et réalisée par Véronik Lamendour, avec les acteurs Christelle Tual et Laurent Poitrenaux, l’émission a été diffusée en octobre 2009.

photo (2).jpeg

Quand il pénètre dans la salle du 3ème étage de La Commanderie, le visiteur n’entend qu’un tumulte de voix dont il ne parvient qu’à peine à distinguer ce qu’elles disent, par bribes. Au centre de la pièce nue, posées sur un lutrin, les pages du récit Les lignes de désir, sont disponibles à la lecture des visiteurs. Si le public s’éloigne du milieu de la pièce et longe les murs de la pièce sur lesquels des haut-parleurs sont disposés sur chacun des murs, il entend le fragment d’une conversation entre un homme et une femme. Une conversation entre un couple dans la nuit de la ville, et une autre qui se déroule avec un autre couple, en pleine journée.

Publicités